Now Reading:

WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?

Une semaine après la diffusion du dernier épisode de la série, il est temps de porter un regard plus complet sur cette série, différent des reviews que nous vous proposions toutes les semaines.

Une première réussie !

Pour le lancement de l’année des séries Marvel, on peut dire que WandaVision est une réussite ! Malgré le fait que les deux personnages principaux ne soient pas les plus populaires comme le sont les Captain America, Iron Man ou Thor, la série a su rassembler les fans de la franchise fondée par Martin Goodman.

WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?
(ⓒ Marvel Studios)

En effet, même si les chiffres officiels n’ont pas encore été communiqués par Disney, nous savons déjà que WandaVision a réalisé de meilleures audiences que la série phare de Netflix sur le mois de Janvier, Bridgerton. Aussi, l’institut d’analyse Parrot Analytics assure qu’au bout de 4 semaines de diffusion, WandaVision se plaçait déjà en première place des séries les plus populaires du monde.

Pour faire ce constat, l’institut précise qu’il a pris plusieurs données en compte : la cote de popularité sur Internet (les articles sur le sujet, le comportement des spectateurs sur les réseaux et les notes laissées sur les forums) mais aussi les données de piratage pour se faire une idée de la demande du public, et ne pas se baser sur les chiffres officiels, à propos desquels Disney reste discret.

WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?
Un intérêt qui a été en constante augmentation (Source : site internet de Parrot Analytics)

Pour étayer le sujet, le fournisseur d’analyse télévisuelle Tvision affirme quant à elle que WandaVision a reçu une audience indexée de 8127 contre 6808 pour Bridgerton sur le mois de Janvier. Loin de ces deux succès nous pouvons retrouver des séries telles que Soul (6537), Cobra Kai 3 (2997) ou Lupin (2639)

WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?
La demande par rapport à des programmes normaux est 65 fois plus importante ! (Source : site internet de Parrot Analytics)

Une série qui joue avec le spectateur

Au fil des épisodes, nous vous proposions (et nous n’étions pas les seuls) différentes théories sur la suite de la série, en s’appuyant sur les différents indices et références parsemées ici et là par les scénaristes du show.

Mais cependant, une récente interview donnée par les scénaristes de WandaVision nous révèle que les différents indices laissés durant les épisodes mais qui ne menaient pas forcément à grand-chose étaient faits exprès, pour perturber le spectateur et pour garder de l’intérêt autour de la série. Une stratégie qui est à double-tranchant, puisque cela a généré beaucoup de déceptions, mais qui a permis quand même de suivre de semaine en semaine les aventures de Wanda et de Vision avec beaucoup d’intérêt.

Même si toutes les théories ne sont pas à jeter à la poubelle, les scénaristes ont eux-mêmes déclaré que les différentes apparitions de personnages (Méphisto entre autres) ou les fusions d’univers (entre X-Men et MCU) comme nous avons pu les imaginer avec l’arrivée du faux frère de Wanda peuvent toujours se réaliser en dehors de la série. En effet nous ne sommes qu’au début de la phase 4 du MCU, les scénaristes ont le temps de nous amener là où ils le veulent.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez retrouver l’interview complète en anglais ici.

Un thème principal complexe

Pour aller dans le sens du point précédent, le thème principal de la série a semblé jusqu’au bout bien flou. La création de cette ville fictive était apparemment au centre de l’histoire, que ce soit la faute de Wanda, ou alors provoqué par une manipulation extérieure pour pousser Wanda à créer ce show, pour finir avec l’implication d’Agatha Harkness dans cette histoire. Mais au-delà de tout ça, le véritable sujet qui est au centre de la série concernait Wanda, et seulement elle.

En effet durant cette même interview, le deuil de Wanda et les étapes de celui est le thème principal de WandaVision. Et l’épisode 8 nous le confirmait, en retraçant l’histoire de Wanda jusqu’à son retour à la vie réelle après la mort de Vision à la fin d’Avengers : Infinity War.

WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?
(ⓒ Marvel Studios)

La création de cette Westview fictive résultant de la peine provoquée par l’arrivée de Wanda sur le terrain qui devait accueillir la maison de sa famille.
Pour confirmer ces dires, Jac Schaffer – la scénariste principale et une des productrices du show- a elle-même avoué que ce sont les différentes étapes du deuil de la mort de Vision et donc de sa potentielle famille qui est au centre de WandaVision. Une sorte de parcours initiatique obligé pour elle, afin d’arriver à tourner la page et accomplir son destin : incarner Scarlet Witch, la sorcière rouge.

Notons aussi que les 5 étapes du deuil traditionnellement établies par les psychologues peuvent se retrouver au fil des épisodes.

  • Le déni est observé durant les deux premiers épisodes, lorsque Wanda vit à fond le délire des sitcoms en noir et blanc, en atteste aussi la fin du deuxième épisode où elle dit clairement un “Non” face à une situation imprévue. On ne sait pas si elle a conscience d’avoir créé tout ce petit monde ou à quel moment elle en prend conscience mais cette étape marque le début de la série.
  • La colère est retrouvée lorsqu’elle sort du Hex pour faire face aux hommes du SWORD, en étant menaçante et en étendant la surface du Hex pour manifester cette colère.
WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?
(ⓒ Marvel Studios)
  • Le marchandage peut être distingué avec l’arrivée du faux Pietro, puisque même si elle paraît avoir conscience que ce n’est pas son vrai frère, elle veut tellement le retrouver qu’elle est prête à s’arranger avec la réalité, accepter que le visage ne corresponde pas avec ses souvenirs mais elle laisse couler.
WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?
Une persuasion évidente, ce n’est pas son frère mais elle se laisse le doute (ⓒ Marvel Studios)
  • La dépression se voit clairement dans l’épisode 7, lorsque Wanda parle à la caméra directement comme le font les acteurs de sitcoms comme dans The Office. La dépression est même énoncée clairement durant cet épisode.
  • Pour finir, l’acceptation est trouvée dans le dernier épisode, lorsqu’elle accepte que la souffrance endurée fait partie d’elle, et qu’elle est enfin prête à laisser partir Vision et les enfants qu’elle n’aura jamais pour enfin partir de ce lieu.

Une atmosphère jamais vue ?

Ce qui est certain, c’est que WandaVision marque un tournant dans les séries fantastiques. Grâce au savoir-faire et au budget permis par une franchise telle que Marvel, les effets visuels et la musique si impactante dans les films de la franchise permettent d’assister à un spectacle de haut niveau.

En attestent les effets spéciaux toujours justes, ainsi que les jeux de formats vidéos, passant du 4:3 au 16:9 en plein épisode, cela ajoute un dynamisme dans des épisodes déjà courts, le spectateurs ne peut donc pas s’ennuyer. L’utilisation de différentes sitcoms d’époques différentes au fil des épisodes permet aussi de générer de la curiosité au même titre que l’intrigue. L’évolution temporelle dans les différentes sitcoms sert aussi à suivre Wanda dans son processus de deuil, passant du noir et blanc, de la tristesse pour passer peu à peu à la couleur, la paix et l’ouverture au futur.

Pour continuer avec les effets visuels, nous pouvons pratiquement dire que plus qu’une série, WandaVision pourrait être considérée comme un film coupé en plusieurs parties, tant les derniers épisodes se suivent sans aucun générique. Du grand spectacle visuel dans les affrontements entre Agatha et Wanda, qui rendrait presque triste de ne pas avoir pu voir ces épisodes au cinéma.

WandaVision, la revue globale. Que penser de la 1ère série Marvel ?
Un spectacle digne d’une salle de cinéma (ⓒ Marvel Studios)

Conclusion :

Pour conclure, WandaVision est dans l’ensemble une très belle réussite et marque un tournant dans l’univers des séries en mettant dans un format télévisuel un contenu qui aurait pu faire l’objet d’un ou plusieurs films. Tous les ingrédients sont réunis, un intérêt pour la série toujours renouvelé grâce aux fausses pistes des scénaristes, couplé à un univers sonore et visuel immersif et très réussi.

Le jeu des acteurs est aussi à souligner, avec une très bonne copie laissée par Elizabeth Olsen, qui grâce au personnage de Wanda a pu faire étalage de son répertoire, pouvant jongler entre les registres de jeu. Paul Bettany est aussi très convaincant en Vision se rendant compte petit à petit de ce qu’il se passe autour de lui. Mention spéciale à Kathryn Hahn, l’interprète d’Agnès/Agatha qui joue avec brio le rôle de la voisine encombrante et un peu agaçante, comme celui de la sorcière maléfique.

Une série qui est à voir absolument pour les fans du contenu Marvel, qui s’inscrit pour sûr dans l’univers. Une série qui n’est pas seulement réservée à ces mêmes fans, WandaVision reste une série fantastique bien ficelée qui se regarde avec plaisir.

Sur le même thème :

Une très belle entrée en matière !
  • Scénario
  • Ambiance
  • Personnages
  • Intérêt porté à la série
  • Musiques
Une très belle entrée en matière !

En définitive, WandaVision pose la première pierre de l'entrée de Marvel dans le monde des séries, et le fait d'une très belle manière ! Un scénario très bien ficelé, des rebondissements et une implication du spectateurs de tous les instants, cette série de 9 épisode a tout pour ravir les fans du MCU et même conquérir un nouveau public n'adhérant pas forcément à l'univers des super-héros ou ayant des a-priori sur Marvel.

9

Total Rating

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

douze + seize =

Tapez votre recherche