Now Reading:

The Good Place, la série comique qui parle de philosophie

Si je vous dis que chaque épisode de The Good Place contient au moins un ou plusieurs cours de philosophie, vous vous dites peut-être que vous risquez de vous ennuyer ou de ne pas tout comprendre ? Et bien laissez-moi vous prouver le contraire en cinq points.

Un concept original

The Good Place est une série lancée le 21 septembre 2017 et achevée le 31 janvier 2020. Elle est depuis disponible en intégralité sur Netflix. La série raconte l’histoire d’Eleanor Shellstrop qui meurt de façon insolite avant de se réveiller au Paradis. Mais dès le premier épisode, Eleanor se rend compte qu’elle n’a pas sa place ici. Avec Chidi Anagonye (son âme-soeur et professeur de philosophie), Tahani Al-Jamil, Jason Mendoza, Michael et Janet, Eleanor va se donner corps et âme pour gagner sa place au paradis.

(Bande-Annonce de la série The Good Place/ © Netflix)

Une série comique qui emprunte les codes des séries dramatiques

Je ne sais pas vous mais je fais partie de ces gens qui ont un peu de mal avec les séries comiques. Je passe toujours un bon moment en les regardant et je ris beaucoup mais il n’empêche que j’ai toujours du mal à enchaîner les épisodes soit car l’histoire est trop peu présente soit parce qu’il y a trop peu de rebondissements à mon goût.

Dans The Good Place, c’est tout l’inverse. Chaque épisode de la série se termine par un cliffhanger (fin d’épisode destinée à créer une forte attente) qui nous donne envie d’enchaîner les épisodes. En plus des cliffhangers, il y a également plusieurs gros plot twists (retournements de situations) que je m’abstiendrais de vous dévoiler ici sous peine d’atterrir directement en enfer. Bien qu’elles soient rares, on trouve également quelques scènes d’action et de combat dans la série.

The Good place version Michael Schur

Si ce nom ne vous dit rien, sachez qu’il est à l’origine des plus grandes séries comiques de ces dix dernières années. Brooklyn 99 ; Parks and Recreation ; The Office US… Tout ça c’est Michael Schur.

Dans The Good Place, comme dans les autres créations de Michael Schur, l’humour est omniprésent. Pour vous donner un exemple, le titre québécois de la série est : Une chipie au paradis. C’est un titre qui résume assez bien la série car c’est de là que viennent toutes les situations comiques. Parce qu’Eleanor est une mauvaise personne qui passe beaucoup de temps à mentir, jurer et voler… Or dans The Good Place, il est techniquement impossible de jurer. Pour exemple, lorsqu’Eleanor dit “Va te faire voir”, sa phrase est automatiquement remplacée par un “Va te faire loir”. De la même manière, il est impossible de voler sans détraquer le ciel. Et il est difficile de détraquer le ciel sans prendre le risque de se faire remarquer et se faire expédier en enfer.

Comme dans beaucoup de séries comiques, les références culturelles sont très présentes. Ainsi dans un épisode on apprend que le fait d’aimer les Red Hot Chili Peppers peut directement vous conduire en enfer. Les moments les plus drôles de la série sont, selon moi, les moments où les immortels essayent de s’approprier les cultures des humains comme ce moment où Michael (l’architecte du Paradis) se lance dans une soirée karaoké avec Eleanor.

The Good Place, la série comique qui parle de philosophie
(De gauche à droite : Manny Jacinto ; William Jackson Harper ; Jameela Jamil ; Ted Danson ; Kristen Bell et D’Arcy Carden. / ©Netflix)

La philosophie selon The Good Place

Chaque épisode de The Good Place contient au moins un ou plusieurs cours de philosophie. Mais ce qu’il faut savoir c’est que ces cours sont donnés par un professeur d’université à des gens qui n’y connaissent rien. Ce qui fait que les cours se doivent d’être accessibles et rythmés pour les personnages comme pour les spectateurs.

Vous vous dites peut-être que même rythmée et accessible, la philosophie reste un sujet barbant ? Pas dans The Good Place. Parce qu’ils ne se contentent pas de se poser des questions, ils les vivent. Par exemple, dans l’épisode 6 de la saison 2, Chidi Anagonye se retrouve au volant d’un tramway où il doit faire face à ce dilemme crucial : tuer cinq innocents et sauver un membre de sa famille ou tuer un membre de sa famille et sauver cinq personnes ? L’épisode est intense. On stresse pour Chidi. On craint pour la vie des personnages principaux comme celle des inconnus et surtout on se dit qu’on aimerait vraiment pas être à sa place. L’épisode est haletant. Intense. C’est un choix cornélien.

Heureusement on est dans The Good Place et si l’on se trompe de choix, il suffit d’un mouvement pour réanimer les morts et redémarrer la scène. Le but de l’exercice est simplement de prouver que, comme le dit Edouard Baer, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise situation.

The Good Place, 4 saisons, disponible sur Netflix.
La série comique qui fait réfléchir
  • Ambiance
  • Scénario
  • Personnages
  • Musique
  • Intérêt porté à la série
La série comique qui fait réfléchir

The Good Place fait partie de ses séries à voir absolument autant pour se divertir que pour réfléchir. Mais si vous n'adhérez pas à la philosophie, pas de panique ! Il n'est pas nécessaire de comprendre ou de s'intéresser à la philosophie pour suivre l'histoire et passer un bon moment devant les épisodes.

8

Total Rating

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

1 × 1 =

Tapez votre recherche