Squid Game : Les choses qui ne nous ont pas plu !

Si vous avez suivi l’actualité des séries ces dernières semaines, vous l’avez forcément vu passer : la nouvelle série événement de Netflix a fait beaucoup de bruit sur les réseaux. Alors qu’elle est portée aux nues par tout le monde, AlloSérie vous propose les choses qui n’ont pas plus dans Squid Game.

Attention les lignes qui suivent contiennent des spoilers.

Une série pas si originale

Oui, la série est originale, presque du jamais vu dans l’univers des séries (nous savons par contre que ce concept est tiré de plusieurs mangas bien connu des initiés, dont Kaiji). Cependant, on ne peut pas non plus qualifier cette série de révolutionnaire. En effet, on pourrait associer Squid Game à un mélange de Black Mirror et de Hunger Games.
Pour Black Mirror, cela concerne le côté inquiétant et technologique (surtout pour le jeu du 1, 2, 3, soleil). On se prend à se demander si ce scénario ou ce genre de jeu pourrait avoir lieu dans notre réalité, tout comme certains concepts exposés dans Black Mirror.

En ce qui concerne Hunger Games, je crois que l’inspiration est évidente pour tout le monde. Des participants à un jeu macabre motivés par l’appât du gain et de la richesse. Des participants venant des couches sociales basses qui veulent s’extirper de leur réalité. Le mélange fonctionne plutôt bien cependant, avec un univers coloré et très enfantin qui tranche avec la brutalité de ces jeux.

Le concept est donc novateur, et les séries coréennes à succès se font rares sur les plateformes de SVOD malgré leur nombre toujours plus important, donc Squid Game mérite la lumière qui se pose sur cette série. Mais de là à la porter aux nues et la considérer comme une série incroyable, un OVNI, non, il ne faut pas pousser.

Squid Game: trop prévisible ?

La série paye aussi un manque d’imprévisibilité dans son scénario. En effet, il est évident dès le premier épisode que le héros principal, Seong Gi-hun, et son ami d’enfance, Cho Sang-woo, vont s’affronter jusqu’au bout, lorsqu’on comprend que ce dernier est lui aussi dans le jeu. Ce genre de procédé est très connu dans le monde des séries ou du cinéma, cela rajoute de la dramaturgie au programme. Encore une fois, Hunger Games avait déjà mis ça en place, avec une finale entre Katniss et Peeta.

Dans le déroulement des jeux qui jalonnent le scénario de Squid Game aussi, certains mécanismes sont beaucoup trop téléphonés, gâchant le plaisir de visionnage des jeux. Nous voulons bien évidemment parler du fait que Seong Gi-hun se qualifie au tour suivant presque à chaque fois dans les dernières secondes. Normal de faire monter le suspense, mais passé le premier jeu, ça en devient ridicule.

Pour le deuxième jeu, exactement le même scénario. (© Netflix)

Le suspense n’est pas le problème ici, mais le spectateur aurait pu être beaucoup plus impliqué dans le devenir des autres personnages principaux si cette menace du chronomètre menaçait quelqu’un d’autre à chaque fois. Évidemment on sait que Seong Gi-hun va arriver au bout. La narrative est trop prévisible pour ne pas le faire gagner. Mais on nous présente une bande de personnes qui se réunissent et se lient d’amitié dans un contexte dramatique, les morts auraient été bien plus impactantes si auparavant on avait vraiment eu peur pour eux.

De la profondeur apportée… pour rien ?

Lors du visionnage des premiers épisodes, une pensée traverse mon esprit : ” J’espère que la série ne se transforme pas juste en Hunger Games géant et plus sanglant, sinon 9 épisodes, ça va être long “. Fort heureusement, la série nous propose une intrigue bien plus profonde avec une enquête policière qui se met en place, sur fond d’infiltration du jeu pour retrouver la trace d’un parent. Cet élément pique la curiosité du spectateur, avec un autre genre de suspense à proposer. De même, ce trafic d’organe organisé à l’insu de l’organisateur du jeu amène beaucoup plus de complexité, on n’assiste pas seulement à un jeu macabre, il y a d’autres choses derrière le rideau.

La petite incursion de Kang Sae-byeok (no 067) dans les conduits d’aération de l’installation pouvait nous donner quelques espoirs concernant le destin de nos personnages favoris. Pour finir, la présence des VIP et la révélation de l’origine de la création du jeu (même si elle est prévisible, dès que le nom des VIP est donné) ajoute de la profondeur à la trame de la série.

Kang Sae-byeok aurait pu apporter tellement plus que ça. (© Netflix)

Malheureusement… toute cette profondeur, cette complexité, ne sert finalement à rien dans le scénario. Kang Sae-byeok ne reviendra jamais dans le conduit d’aération malgré le fait de ne pas avoir revissé correctement la grille dans les toilettes. Pourquoi insister sur ce point si elle n’y retourne pas par la suite ? De même, les VIP ne sont là uniquement que pour faire briller les beaux masques d’animaux, puisqu’ils n’apportent rien de plus au scénario que des blagues vaseuses et la possibilité pour le policier d’avoir des preuves pour démanteler cette organisation macabre.

Une enquête jetée à l’eau.

Le policier, parlons-en. Une enquête menée au péril de sa vie, avec des révélations tout au long de la série et finalement des éléments photos, des vidéos, des notes prises sur son portable pour rien. En parallèle des jeux, nous espérons que ce que trouve le policier servira à arrêter toute cette cruauté en démantelant ce jeu de paris entre hommes immensément riches. Il réussit à extirper des preuves au VIP, arrive à s’enfuir en prenant bien le temps de mettre son portable (qui a vraiment beaucoup de batterie dis donc) dans un sac hermétique afin que l’eau ne détruise pas les données. Pas folle la guêpe.

Poursuivi par les soldats et l’agent masqué, il se fait rattraper sur l’île, découvre que son frère se trouve sous le masque, et se fait tuer. Voilà. Même en demandant ” Pourquoi ? ” à son frère, ce qui est une sacré question, quand même ! Pas de réponse. On aurait bien voulu avoir un petit plan sur un ordinateur de la police, qui montrerait que quelques fichiers, photos ou vidéos soient passés malgré le manque de réseau pour nous teaser une possible saison 2 intrigante, même pas.

Une enquête qui a pris du temps d’antenne, qui nous a tenu en haleine mais qui n’a apporté aucune réponse. Quelle frustration tout de même.

© Netflix.

Beaucoup trop de questions sans réponses.

La série nous propose d’avancer dans la complexité à mesure que les épisodes passent. Le problème, c’est que peu d’interrogations trouvent des réponses lorsqu’on finit le dernier épisode. Le frère du policier qui a participé aux Squid Games devient l’agent masqué qui est en charge de la bonne tenue de la compétition ? Qu’est ce qu’il s’est passé pour en arriver là ? Même pas un flashback, ni des éléments de réponses. Pourtant il aurait été simple de le faire, surtout qu’un des derniers épisodes ne dure que 30 minutes. Pourquoi faire aussi court ?

Qui étaient réellement les VIP ? Des dirigeants du monde ou juste des milliardaires avides de sensations fortes ? Comment sont recrutés les soldats qui éliminent les candidats ? Qui était impliqué dans le trafic d’organes ? Toutes ces questions restent en suspens, et on finit la série avec un gout amer.

Un excellent article qui récapitule toutes ces questions sans réponses est disponible sur le site goggler.

Tant de sacrifices… Pour quoi au final ?

On assiste à une véritable aventure au fil des épisodes, des personnages qui se lient d’amitié, qui se trahissent, qui se battent pour survivre. Tout cela pour l’argent, pour échapper à la misère de leur vie réelle. Alors que nos héros assistent à la mort de nombres de leur camarades, il serait donc normal de vouloir honorer la mémoire des défunts qui ont sacrifié leur vie, en faisant le bien grâce à tout cet argent gagné. Seong Gi-hun le fait en recueillant le frère de Kang Sae-byeok et en le confiant à la mère de son ami d’enfance, tout en veillant à donner un sacré paquet d’argent pour éponger les dettes de Cho Sang-woo. Très bien.

Sauf qu’on apprend plus tard qu’il n’aura pas du tout touché au reste de l’argent gagné, en vivant une vie toujours aussi misérable après la mort de sa mère. Alors pourquoi avoir joué ? Pourquoi être retourné dans l’enfer que représentait ce jeu ? Au final, tant de sacrifices et de douleur face à la mort d’amis pour ne rien changer à sa situation initiale.

De même, au fil des épisodes nous assistons à un changement dans la personnalité du personnage principal. Il devient plus sûr de lui, fait preuve de courage avec l’objectif d’être un meilleur père qu’avant pour sa fille. Et lorsqu’il a l’occasion, il décide de rebrousser chemin juste devant l’avion qui l’emmène justement vers elle? Et pourquoi au juste ? On ne croit pas un seul instant à la possibilité de démanteler à lui seul cette organisation. Va-t-il rejouer ? Quel intérêt de re-regarder dans ce cas ? Cette attitude est vraiment gênante, son voyage aurait justement dû marquer la fin de sa vie d’avant, c’est encore manqué.

Encore une fois il va décevoir sa fille. POURQUOI ? (Netflix)

Conclusion

Au final cette série laisse un gout amer lorsqu’on prend un peu de recul, on aura assisté à un massacre sans grand intérêt, ni dans le développement des personnages, ni dans la profondeur de l’intrigue. On aura juste vu un bain de sang, certes bien produit, mais sans grand intérêt profond.

N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux et à explorer le site allosérie.fr pour toujours plus d’analyses et d’informations sur les séries !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + 4 =

Previous Article

L'interview de la Rédac #6: Juliette nous parle de sa préférence pour les séries originales

Next Article

L'interview de la Rédac' #7 : Sébastien nous parle de sa passion pour les séries animées

Related Posts