Now Reading:

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain

Avec la sortie de la nouvelle section de Disney +, Star qui vise un public plus adulte, Scandal est enfin disponible en intégralité sur une plateforme en France.
La série, portée par Kerry Washington, s’est achevée le 19 avril 2018 avec la diffusion du 18ème épisode de la saison 7 sur ABC. Scandal, création de Shonda Rhimes, permet à Kerry Washington d’être la première actrice afro-américaine à tenir le rôle principal dans une série américaine depuis 1974. En effet, la première ayant été Teresa Graves, en tant que policière sous couverture dans Get Christie Love! en 1974. Cela va permettre d’ouvrir la voie à d’autres actrices après elle.

Scandal fût une des séries les plus commentées sur Twitter lors de sa diffusion. Mais malheureusement, la série ayant souffert d’un scénario inégal au cours de ses sept saisons, l’audience a diminué peu à peu.

Retour sur une série qui a cassé les codes et qui a dépeint l’envers du décor sur le pouvoir américain.

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Huck (Guillermo Diaz), Abby (Darby Stanchfield) et Olivia (Kerry Washington)
dans le bureau de Pope & Associés © ABC

Scandal, de quoi ça parle ?

Scandal c’est l’histoire d’Olivia Pope, experte en relations publiques basée à Washington, qui est spécialisée dans la gestion de crises. Crises qui vont l’amener dans les plus hautes sphères du pouvoir.

En effet, elle est engagée par Cyrus Been (Jeff Perry) pour travailler sur la campagne de Fitzgerald Grant III aka Fitz (Tony Goldwyn), qu’elle fera élire Président des États-Unis. Elle reprendra ensuite son cabinet “Pope & associés”.

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Flashback de Fitz (Tony Goldwyn), Cyrus (Jeff Perry),
Olivia (Kerry Washington) et Hollis Doyle (Gregg Henry)
travaillant sur la campagne de Fitz © ABC

Mais la série ne suit pas uniquement la vie professionnelle d’Olivia Pope. Elle suit également sa vie personnelle. En effet, (et non ceci n’est pas un spoiler puisque c’est dévoilé dès le 1er épisode), Olivia n’est autre que la maîtresse du Président Grant. Fitz qui est donc marié avec Mellie (Bellamy Young) avec qui il a deux enfants, Karen et Jerry.
Pourtant son mariage prend l’eau depuis des années, et il tombe amoureux d’Olivia à la seconde où il la rencontre.

Du remous en perspectives donc…!

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Le jour de l’élection de Fitz en tant que Président des États-Unis
qui embrasse Olivia dans le bureau ovale © ABC

Il faut savoir que Shonda Rhimes s’est inspirée de Judy Smith pour créer Olivia Pope. Judy Smith fut assistante et attachée de presse du Président George Bush Sr. jusqu’en 1992. Elle a ensuite poursuivi sa carrière dans le privé en devenant experte en gestion de crises. Monica Lewinsky fait d’ailleurs partie des noms que l’on peut trouver sur sa liste de clients.
Judy Smith est également co-productrice exécutive de Scandal mais précise que la vie privée d’Olivia Pope est sortie tout droit de l’imaginaire de Shonda Rhimes.

Scandal, les points positifs de la série

La série est portée par un casting très juste. Kerry Washington incarne une Olivia Pope toujours en quête de justice et de vérité, elle pense être du côté des gentils : “les gladiateurs” comme elle les appelle. D’apparence froide, Olivia peut se révéler sensible et sauvage, comme un animal blessé.

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Olivia durant la saison 7 © ABC

Tony Goldwyn joue quant à lui un Président terre à terre, qui ne semble pas enivré par le pouvoir. Il s’efforce d’être juste même s’il a quelques défauts, surtout du côté de sa vie privée…

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Fitz dans le Vermont pendant la saison 7 © ABC

On mettra aussi l’accent sur l’interprétation de Bellamy Young qui endosse le rôle de Mellie Grant, l’épouse du Président. Une femme de caractère, intelligente et brillante mais qui a sacrifié sa carrière d’avocate pour soutenir son mari dans sa campagne présidentielle. Bellamy Young est remarquable dans son rôle avec de belles emphases et une façon de parler toujours très adaptée à la situation.

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Mellie Grant (Bellamy Young) © ABC

Scandal nous emmène également dans les coulisses du pouvoir à Washington. On découvre un monde sans limite, redoutable où les protagonistes sont prêts à tout pour s’accrocher au pouvoir et le garder. Et bien sûr, c’est Olivia Pope qu’ils engagent pour régler leurs problèmes.

La relation entre Olivia et Fitz est aussi ce qui a permis de maintenir les fans en haleine. En effet, le couple formé par les deux personnages est un des couples les plus appréciés dans le monde des séries. Il a lui aussi un nom de couple, issu de la contraction des deux prénoms : Olitz. Cette popularité s’explique aussi par l’incroyable alchimie entre les deux acteurs. Dans chaque scène qu’ils partagent, Kerry Washington et Tony Goldwyn crèvent l’écran.

Scandal, les points négatifs de la série

Comme on l’a énoncé plus haut, les saisons de Scandal sont assez inégales dans les arcs qu’elles développent. L’une des critiques que l’on entend le plus sur la série est le développement trop étendu sur la durée de storylines dont on se serait bien passé.

Est visée ici particulièrement la storyline qui concerne le B-613 (prononcé dans la version originale B six-thirteen). Le B-613 est une agence internationale d’espions chargés de protéger la République, sous-entendu la nation américaine. On ne donnera pas de détails sur les personnages impliqués dans cette histoire pour ne spoiler personne. Cependant, il faut savoir que cette histoire est développée sur 4 saisons (de la saison 3 à la saison 7). Quand on croit s’être débarrassé du B-613, on réalise que ce n’est jamais vraiment le cas. Mais du point de vue du téléspectateur, c’est long, trop long.

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Casting de la saison 7 de Scandal © ABC

D’une manière générale, Scandal aurait mérité des histoires raccourcies pour garder en intensité et en suspense.

On n’aime pas non plus les évolutions embrayées par certains personnages tout au long de la série. Certaines évolutions sont assez négatives et semblent perdre l’essence du personnage de base.

D’ailleurs, en parlant de personnage, Shonda Rhimes étant la créatrice de la série, il convient de vous avertir comme dans toutes les séries originales qu’elle a créées : ne vous attachez pas aux personnages. Certains d’entre eux vont finir morts. C’est la marque de fabrique de la créatrice malheureusement.

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Olitz © ABC

Enfin, la fin a semblé bâclée pour certains fans. S’ils décrient les longueurs et donc une perte d’intérêt au long de la série, Scandal souffre paradoxalement d’une fin qui aurait méritée plus de développements. La fin de la série résout toutes les storylines mais peut-être d’une façon un peu simpliste. On peut reprocher aux scénaristes d’avoir utilisé quelques facilités dans leur écriture. Mais on apprécie tout de même le suspense que laisse la fin de la série, qui permet au téléspectateur d’interpréter la fin comme il le souhaite ou presque…

En bref,

Scandal est arrivée à son terme à la fin de la 7ème saison notamment à cause de la drastique baisse d’audience qu’a connu la série sur les dernières années.

C’est une série sans concession quant à l’image qu’elle renvoie des grandes figures au sein du pouvoir américain. Il s’agit d’être un requin et d’effacer toute trace qui pourrait être compromettante. On remarque d’ailleurs dans la série que plus une personne se rapproche du pouvoir, plus elle en veut et devient mauvaise, prête à tout pour arriver à ses fins.

Les membres du casting de Scandal, en plus d’être efficaces, ont la particularité d’être restés amis à l’issue du tournage de la série. Ainsi, ils n’hésitent pas à se réunir en vrai ou en virtuel, afin d’organiser des levées de fonds pour des associations ou engager des discussions sur des sujets sociaux et politiques.

Scandal, la gestion de crise au cœur du pouvoir américain
Le casting de Scandal au Ellen’s Show
Scandal, 7 saisons (terminée), disponible sur Disney +.

Scandal, une série inégale
  • Scénario
  • Ambiance
  • Personnages
  • Musique
  • Intérêt porté à la série
Scandal, une série inégale

Scandal souffre de longueurs dans sa narration, on l'a dit. On apprécie cependant les différentes gestions de crises d'Olivia et ses associés qui nous brossent un portrait sans concession de ses clients hauts placés dans la sphère du pouvoir américain. Scandal a cassé les codes en mettant à sa tête une héroïne afro-américaine, qui est un véritable leader et qui gère toutes sortes de situations. Chapeau à l'ambiance de la série, que ce soit avec le son d'appareils photos durant le générique ou grâce aux décors qui sont merveilleusement bien réussis. En effet, le bureau ovale a été recréé à l'identique et la décoration évolue comme dans la vraie vie en fonction du Président. La musique est également à saluer en terme d'ambiance puisque la chanson "The Light" est jouée à chaque moment important entre Olivia et Fitz. D'une manière générale, la bande originale de la série est très bonne et toujours appropriée. Enfin, la série permet d'aborder de nombreux sujets en termes de politique et de justice, sous un angle toujours très intéressant.

8

Total Rating

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

un × un =

Tapez votre recherche