Now Reading:

Rendez-vous en série inconnue #12: Impastor, l’imposture religieuse.

Pour ce douzième et dernier épisode de votre chronique du lundi, je vous propose de finir ces sessions de découverte de séries passées sous le radar avec Impastor, la série qui m’a donné l’idée de ce concept.
Une série créée en 2015 et pratiquement impossible à retrouver sur les plateformes françaises, mais qui vaut vraiment le coup d’œil malgré l’annulation d’une saison 3 le 13 décembre 2016. Alors que vaut cette série? Découvrez Impastor, la série mêlant humour et religion.

De quoi ça parle ?

Impastor nous propose de suivre l’histoire de Buddy Dobbs, un homme poursuivi par les problèmes causés par son addiction au jeu et par ses petites escroqueries. Acculé, il décide d’en finir et de se jeter d’un pont pour ne plus faire face aux menaces de mort incessantes de ceux à qui il doit de l’argent. 

Alors qu’il est sur le bord du pont, prêt à sauter, une voiture freine brusquement et un homme en sort rapidement pour venir en aide à Buddy. Après un discours sur l’importance de la vie (qu’importent les problèmes, la vie est trop précieuse pour en finir comme cela), l’homme enjambe la balustrade pour accompagner Buddy sur la corniche pour le pousser à revenir à la raison. Seulement, l’homme glisse et tombe dans la rivière. 

Buddy, choqué de ce qu’il vient de voir, se rappelle les mots de cet homme, sur ce que peut mettre Dieu sur le chemin de chaque homme, chaque opportunité, et décide de changer d’avis, en voyant la voiture de cet homme d’Église totalement ouverte. Il entreprend donc de prendre la place de cet homme pour disparaître de sa vie d’avant.

Buddy se retrouve donc dans la peau… d’un pasteur gay en direction d’une petite ville, Ladner, où la religion y occupe une grande place dans la vie de la communauté. Buddy est alors embarqué dans une vie totalement opposée à la sienne, lui qui ne croit pas en Dieu et aime les femmes jusqu’à se payer fréquemment des prostituées.

Échapper à ses problèmes, vraiment ?

Buddy espère fuir ses problèmes en prenant l’identité du pasteur Jonathan Barlow, mais il se trouve que beaucoup de problèmes vont le suivre jusqu’à la petite ville de Ladner.
Pour commencer, Buddy se fait passer pour mort après la récupération du corps de l’homme ayant glissé du pont, mais la police se rend vite compte que ce corps n’est pas celui de Buddy et se met donc sur ses traces pour le retrouver. 

Ensuite, ses problèmes de dettes vont le suivre aussi, lui envoyant de nombreuses personnes avec pour objectif de récupérer ce qu’il doit, quitte à en finir avec lui. Buddy doit donc jongler avec toutes ces menaces qui viennent compromettre son imposture.
L’adaptation à la vie de pasteur n’est pas simple non plus, avec toute une batterie de personnages qu’il faut duper au quotidien. Est-ce-que Buddy va pouvoir échapper aux chasseurs de tête, à la police, au FBI ou se fondre dans le personnage du pasteur Barlow pour duper la communauté religieuse de Ladner ?

Rendez-vous en série inconnue #12: Impastor, l’imposture religieuse.
Buddy doit toujours se confronter à de nouveaux problèmes (ⓒ CBS Television Studios)

Impastor est une série qui ne cesse de nous surprendre avec de nombreuses intrigues qui se succèdent pour ne laisser aucun répit au téléspectateur. Mais au-delà du décalage de la situation, c’est l’humour omniprésent qui fait d’Impastor une série agréable à regarder.

Un humour diablement efficace

Au fil des épisodes, Buddy se joue de tout ce qui peut se mettre sur son chemin à l’aide de subterfuges ou de chance, et cette manière de se sortir de toutes les situations rend Impastor très plaisante à regarder. 

Rendez-vous en série inconnue #12: Impastor, l’imposture religieuse.
Un rôle qu’il se surprend à aimer (ⓒ CBS Television Studios)

Les personnages d’Impastor qui entourent Buddy sont aussi très drôles, avec Dora, celle qui peut être considérée comme la secrétaire de Buddy, passant beaucoup de temps avec lui puisque son lieu de travail est la maison du pasteur. Dora est une personne ingénue, fragile mais aussi très attachante qu’on a plaisir à retrouver. 

Russell est un fervent partisan de l’Eglise de Ladner, mais aussi une personne homosexuelle qui va littéralement tomber amoureuse de Buddy lors de leur première rencontre, ce qui mettra le faux-pasteur dans beaucoup de situations inconfortables pour notre plus grand plaisir derrière l’écran. 

Alden est lui un personnage respecté de la ville, président de l’Eglise et surtout une personne très conservatrice, réticente à l’idée d’engager un pasteur homosexuel et qui ne va pas porter Buddy dans son coeur. Il va essayer de profiter de chaque situation bizarre pour essayer de s’en débarrasser.

Enfin, nous avons Alexa, la blonde pulpeuse qui se mettra en compétition avec Russell pour obtenir les faveurs de Buddy et qui révèlera être beaucoup plus complexe et mystérieuse qu’elle ne le laisse penser de prime abord. Buddy devra résister aux charmes d’Alexa pour ne pas compromettre son imposture, en privilégiant le mensonge en assurant qu’il est gay, ce qui donnera à Russell les ailes pour tenter des choses, pas toujours avec succès. 

Impastor présente donc tous les ingrédients d’une bonne série comique : une situation cocasse avec le décalage entre la vie originelle de Buddy et la vie d’emprunt, des personnages hauts en couleurs et typiques et des dialogues très bien sentis et toujours dans le sous-entendu. Le public est dans la confidence de l’imposture, et l’incompréhension des autres personnages face aux “compétences” de Buddy fait toujours mouche.

Une annulation dommageable.

Après deux saisons, la série est annulée par la chaîne. La chute d’audience lors de la seconde saison peut expliquer cette décision, ce qui frustre les fans puisque la fin de la deuxième saison laisse les téléspectateurs sur un cliffhanger qui ne peut pas servir de véritable fin à la série. 

Impastor avait encore beaucoup de potentiel, et peut-être que si elle avait été disponible sur une plateforme différente que TVLand elle aurait présenté de meilleurs résultats. 
Cependant, la décision de la chaîne n’était pas seulement motivée par la chute d’audience mais aussi par une volonté de développer leur offre de séries originales, et c’est une des raisons qui font que Impastor s’est vue annulée pour payer la relève des séries originales.

Impastor reste cependant une très bonne série comique avec beaucoup de points positifs, notamment son histoire originale et décalée. Les 20 épisodes de 20 minutes se regardent très bien, et il est certain que de nombreuses scènes resteront dans les mémoires ainsi que les personnages et leurs traits de caractère très marquants.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 × un =

Tapez votre recherche