Portraits en série #3 : Pourquoi on aime tant les pères de sitcoms ?

Ils ont ce truc qui fait qu’il m’est difficile pour moi de les détester et c’est la raison pour laquelle je loue leurs louanges aujourd’hui, je parle des hommes dans les sitcoms, et plus particulièrement des pères de famille.

Difficile désormais de cacher mon amour des sitcoms tant j’en ai parlé ici. Et bien parce qu’on en a jamais trop, j’ai décidé pour ce troisième épisode de notre rendez-vous “Portraits en série” de vous parler non pas d’un, mais de plusieurs personnages. Ils ont ce truc qui fait qu’il m’est difficile de les détester et c’est la raison pour laquelle je chante leurs louanges aujourd’hui, je parle des hommes dans les sitcoms, et plus particulièrement des pères de famille. Ils ont cette facilité depuis des décennies de nous faire rire autant que de nous émouvoir et c’est pour cela que ce portrait leur est consacré. 

Attention, cet article contient des spoilers.

Des personnages qu’on ne peut qu’adorer

Non je ne vais pas énumérer tous les personnages masculins de sitcoms, la liste serait longue et peu intéressante mais dieu sait qu’ils sont nombreux à détenir une place chère dans mon coeur et dans celui de tous les fans de sitcoms. J’ai décidé de m’intéresser à cinq d’entre eux : Phil Dunphy (Modern Family), Jonah Simms (Superstore), Jake Peralta (Brooklyn 99), Winston Schmidt (New Girl) et Jim Halpert (The Office).

Au delà du fait qu’ils soient tous étonnament bruns, ces cinq personnages ont tous cette faculté à procurer du bonheur et un sentiment de confort quand on les regarde agir. Ils sont drôles, parfois cons, gentils, parfois niais et c’est ce qui fait qu’on les adore. Ils sont souvent les personnages principaux de la série où ils apparaissent, ce qui nous permet de suivre leurs évolutions au fur et à mesure que les saisons passent et de se dire qu’en fait, ils sont géniaux. Trop parfaits peut-être ? Pas vraiment. On sait notamment que Schmidt dans New Girl a trompé sa petite amie. Mais par un procédé et une sorcellerie difficilement explicables, on ne peut jamais leur en vouloir. Qu’importe ce qu’ils font, on leur donne le bénéfice du doute et on se dit que de toute façon, ce qu’ils ont fait était la meilleure chose à faire. 

L’autre grande raison pour laquelle on les aime tant, c’est qu’ils ont une grande majorité des phrases, scènes ou moments les plus iconiques de chaque série et qu’ils en sont les protagonistes phares. Même si chaque sitcom possède une ribambèle de personnages principaux à chaque fois, leurs noms reviennent en premier et si on vous demande de citer le premier personnage de Brooklyn 99 qui vous vient en tête, il y a de grandes chances que vous répondiez Jake Peralta. Ils sont toute l’essence de la série dans laquelle ils apparaissent et difficile d’imaginer comment elle tournerait si l’un d’entre eux venait à partir (cf. Michael Scott dans The Office…). 

“Quand la vie te donne de la limonade, fais en des citrons. La vie va être en mode “Quooooooi ?”” – Phil Dunphy (Modern Family)

Les amis, petits-amis ou maris que l’on recherche 

Avant d’évoquer plus en détails leurs rôles de pères, venons en d’abord à leur statut d’homme. On ne va pas se mentir, les hommes dans les sitcoms sont beaux, attirants et charmants (même si la beauté est subjective, on le sait). Ils sont drôles, gentils, attentionnés, alors en toute logique, on développe une réelle affection pour ces personnages et on ne souhaite qu’une chose : que notre futur petit-ami ou mari soit exactement comme eux.

Et cela se reflète en plus sur leur rôle dans leurs séries respectives : ils constituent l’une des deux moitiés du couple de référence du show, ce qui encourage davantage leur montée en puissance dans le cœur des aficionados, non seulement de sitcoms mais de séries en général. Aujourd’hui, Jim et Pam sont considérés comme l’un des couples phares toutes séries confondues, tout comme Jake et Amy.

Jim et Pam (The Office)
Amy et Jake (Brooklyn 99)

Et d’un point de vue plus platonique, on aimerait évidemment qu’ils soient nos potes. C’est aussi ça leur force, et c’est même toute la force des sitcoms encore une fois : on veut être amis avec tous ces personnages, on veut être dans leur bande et partager leur quotidien. Parce qu’il semble meilleur que le nôtre et qu’on se dit qu’avec eux, la vie serait quand même beaucoup moins chiante. On peut même d’ailleurs se demander si dans un univers parallèle (enfin pas forcément si parallèle que ça, on sait que New Girl et Brooklyn 99 se déroulent dans le même monde après le crossover entre les deux séries), tous ces personnages ne formeraient pas la meilleure bande de potes possible tellement leurs façons d’agir et de vivre sont semblables.

De multiples visions de la paternité, souvent réalistes

C’est ici que les chemins se séparent pour nos cinq compères. Chacun a sa propre vision et son propre rapport à la paternité, ce qui les rend un peu plus uniques. 

D’abord Phil Dunphy (Ty Burrell), père de famille dans Modern Family. On découvre directement au début de la série ce quadragénaire père de trois enfants et marié à Claire depuis plusieurs années. Il est le papa cool, qui veut rire de tout et laisse le mauvais rôle à sa femme quant à l’éducation des enfants. C’est le père par excellence et presque de référence dans les sitcoms puisque c’est l’un des rares personnages masculins qui est déjà père de famille à l’épisode 1 de la saison 1.

Haley, Phil et Alex Dunphy (Modern Family)


Pour nos quatre autres personnages, le parcours a été davantage perturbé et cela s’explique par le fait que c’est d’abord leur histoire amoureuse que nous avons suivie, comme évoqué plus haut, avant de découvrir leur parcours en tant que père.
Jonah Simms (Ben Feldman), notre cher et tendre employé de Cloud 9 dans Superstore, a d’abord revêtu le costume de beau-père pour les enfants d’Amy : d’abord Emma, l’ainée, que Jonah a vue grandir et a épaulée pendant son adolescence (c’est lui qui l’aide lorsqu’elle a ses premières règles, quand elle est complètement stone lors de son anniversaire, etc.). Il devient alors ce père de substitution, un peu maladroit avec ce nouveau rôle, mais qu’il endosse à merveille tant il veut soutenir sa partenaire. Vient ensuite Parker, nouveau fils d’Amy mais encore une fois, Jonah n’est pas le père. Qu’à cela ne tienne, Jonah va l’élever comme son propre fils et devenir très attaché à lui. Sauf qu’en saison 6, Jonah et Amy se séparent, et Amy part vivre à l’autre bout du pays, privant Jonah de son rôle de père. Mais comme on vous l’avait expliqué en long, en large et en travers dans un précédent article, les deux amoureux se retrouvent enfin ensemble dans l’épisode final de la série et on découvre dans un flashforward que Jonah devient enfin père, de Carter, et que le rôle de père de substitution est loin derrière lui. 

Jonah et Emma
Jonah avec Parker et Amy

Deux de nos personnages ont toutefois un parcours assez similaire quant à leur paternité : Jim Halpert (John Krasinski) et Winston Schmidt (Max Greenfield. Tous deux deviennent pères sans s’y attendre du tout et c’est alors un tout nouveau rôle qu’ils doivent acquérir en quelques mois, passant de permanent faiseur de blagues à père de famille. Si on devine que Jim y arrive à peu près (cette storyline étant en fait peu abordée sur la longueur dans la série), Schmidt est quant à lui ce père très gaga, trop gaga, qui se livrerait corps et âme pour protéger sa fille Ruth. 

Jim, Pam et leurs deux enfants (The Office)
Schmidt et Ruth (New Girl)

Il y a toutefois une inconnue dans notre tableau : Jake Peralta (Andy Samberg). Alors que la saison 8 (et finale) va bientôt arriver sur NBC, on ne sait pas encore vraiment comment va agir le détective en tant que père, puisqu’il ne l’est devenu qu’au dernier épisode de la saison 7. Il diffère toutefois déjà des autres pères puisque lui et Amy voulaient à tout prix un enfant et ce n’était donc pas une surprise, plutôt un soulagement après des mois à se battre. On imagine que le couple de policiers va essayer tant bien que mal d’épargner leur fils Mac de la violence qui les entourent tous deux… mais comment ? 

Jake Peralta et son nouveau rôle de père dans la saison 8 (Brooklyn 99)

Alors, pourquoi on les aime ?

Je pourrais écrire des lignes et des lignes sur ces personnages mais en réalité, n’est-ce pas difficile d’expliquer pourquoi on aime un personnage ? C’est autant de subjectivité qui fait qu’il est parfois difficile de poser des mots sur ces personnes qui nous accompagnent parfois pendant plusieurs semaines, mois ou années et qu’on aimerait simplement avoir dans nos vies. 

>>> À lire aussi : Notre catalogue complet sur où regarder toutes les sitcoms incontournables

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − six =

Previous Article

Portraits en série #2 : Focus sur Frank Underwood, l’homme qui nous fait découvrir les dessous de la politique américaine.

Next Article

The Bold Type, la série se termine avec panache

Related Posts