Now Reading:

Portraits en série #2 : Focus sur Frank Underwood, l’homme qui nous fait découvrir les dessous de la politique américaine.

Pour cette deuxième édition du nouveau rendez-vous du lundi, je vous propose de parler d’un personnage dont on ne parle pas assez lorsqu’on évoque les personnages les plus charismatiques des séries. Après le couple Japril de Grey’s Anatomy, intéressons-nous à Frank Underwood. Manipulations, jeux de pouvoirs et politique, plongez avec Frank dans l’enfer de la vie politique à la Maison-Blanche.

Qui est Frank Underwood ?

Frank Underwood est le personnage principal de la série House of Cards. Il est joué par Kevin Spacey, acteur mondialement connu pour ses rôles dans des chef d’œuvres cinématographiques tels que Seven ou Usual Suspect. Dans la série, Frank occupe un poste important au sein de l’organisation politique des Etats-Unis, celui de coordinateur du Congrès. Il est donc au centre des tractations et du jeu politique. Les accords, les arrangements entre personnalités politiques sont donc son pain quotidien. 

Portraits en série #2 : Focus sur Frank Underwood, l’homme qui nous fait découvrir les dessous de la politique américaine.
Un rôle clé dans le paysage politique américain

Nous le retrouvons au début de la série lors de la campagne de Garrett Walker pour l’élection présidentielle américaine. Le résultat est tombé, le candidat démocrate a gagné, mais revient sur sa promesse de nommer Frank au poste de secrétaire d’Etat pour mettre finalement une autre personne en charge de cette mission. 

Cette décision énerve au plus au point notre personnage principal, qui se donne comme mission de se venger de cette trahison. Lui qui connaît le système politique mieux que personne. Ce coup de couteau dans le dos déclenche la volonté de Frank de comploter avec l’aide de sa femme Claire contre tous ceux qui leur ont fait du tort. Frank va donc user de toute sa malice, toutes ses relations pour arriver à ses fins et pour arriver là où il pense devoir arriver : tout en haut de la pyramide du pouvoir. 

Frank peut compter sur le soutien de sa femme pour assouvir son envie de vengeance. Claire est donc mariée avec Frank depuis très longtemps, et les deux ont toujours collaboré tout au long de la carrière politique de Frank, de l’élection dans son Etat natal de la Caroline du Sud jusqu’au Congrès. 

Portraits en série #2 : Focus sur Frank Underwood, l’homme qui nous fait découvrir les dessous de la politique américaine.
Un duo aussi dangereux qu’ambitieux

Frank recevra aussi beaucoup d’aide de la part de Doug Stamper, son homme à tout faire à qui il accorde une grande confiance pour mener à bien ses projets. Et c’est cette confiance donnée à très peu de personnes qui caractérise Frank. Il a de l’ambition, une parfaite connaissance du système politique, de très bonnes relations et donc un cercle de gens de confiance très restreint. Underwood est donc une personne très dangereuse qui peut très vite faire monter quelqu’un au firmament, comme le détruire dans la minute qui suit.

L’homme qu’on adore détester.

Tout au long des épisodes, ce qui fait de Frank Underwood un personnage à part, c’est sa capacité à se faire apprécier du public malgré les manipulations qu’il effectue. On peut facilement se surprendre à penser à voix haute : “p*tain, c’est vraiment un fumier mais qu’est-ce qu’il est fort”. 

Cette capacité à se faire apprécier vient aussi du fait que la série offre une particularité de visionnage : le fait de briser le quatrième mur. Cette technique de mise en scène consiste en de nombreux regards caméra, pour impliquer le téléspectateur dans l’action. 

Portraits en série #2 : Focus sur Frank Underwood, l’homme qui nous fait découvrir les dessous de la politique américaine.
Ce regard criant de satisfaction et de malice, comment ne pas l’aimer ?

Plusieurs séries l’ont expérimenté, mais c’étaient très souvent des séries comiques (Malcolm par exemple), et cette technique ne produisait pas l’effet que l’on retrouve dans House of Cards. De nombreux regards caméras, qui s’accompagnent bien souvent de petits commentaires, ce qui nous plonge dans les petites combines que met en place Frank. 

De plus, du fait de son cercle de confiance très restreint, on se sent privilégiés et même concernés par son destin, comme si nous avions quelque chose à gagner de ce qu’on voit. Pour cela, même si nous savons que ce qu’il fait n’est pas très très sympathique, brisant des carrières juste pour son avancement, on ne peut que ressentir de la sympathie pour ce personnage, puisqu’il est poussé par son désir de vengeance dû à la trahison initiale.

Un personnage central…. vraiment !

Frank est un personnage qui peut être considéré comme celui qui porte la série dans laquelle il apparaît. Très peu de personnages peuvent soutenir la comparaison. Il n’y a pas un seul épisode où tout ne tourne pas autour de lui, mais cela ne le rend pas pour autant lourd. Kevin Spacey livre un jeu toujours aussi juste, et donne au personnage cet intérêt nécessaire pour que le public le suive tout le temps. 

Et pour illustrer l’importance de ce personnage dans la série, rien de mieux que de jeter un œil sur les audiences de la sixième et dernière saison, par rapport aux saisons précédentes. En effet, à cause d’accusations d’agressions sexuelles, Kevin Spacey a été écarté du tournage, donnant à son personnage une fin des plus frustrante, une mort hors caméra pour se débarrasser du personnage.

Ainsi, cette saison 6 est considérée par beaucoup de fans et par les critiques comme la pire de toute la série, se centrant sur le personnage de Claire, l’épouse de Frank. Dans les saisons précédentes déjà, l’indépendance de Claire et son désir de pouvoir nous étaient annoncés, en introduisant des problèmes dans le couple politique. Ce n’est donc pas un problème de cohérence, mais vraiment un problème de fond. Frank n’est plus là, l’intérêt des téléspectateurs a chuté. 

Ci-dessous, nous pouvons observer cette chute d’audience matérialisée par les critiques de la presse et des téléspectateurs, basés sur des centaines d’avis. :

Portraits en série #2 : Focus sur Frank Underwood, l’homme qui nous fait découvrir les dessous de la politique américaine.
La notation des différentes saisons montre une forte baisse des-lors que Frank n’apparait plus. (Source: site internet de Allociné)

Pourquoi j’aime tellement Frank Underwood.

Pour les raisons énoncées ci-dessus, j’aime beaucoup le personnage de Frank Underwood. Peut-être est-il celui qui m’a le plus marqué lors d’un visionnage de série. Dès le premier épisode, il nous offre une masterclass en abrégeant les souffrances d’un chien qui s’était fait renverser par une voiture, en agrémentant son geste d’une citation impactante. 

C’est un point que je gardais pour ma justification, mais Frank est un puit de citations, de proverbes et de phrases bien senties sur des notions telles que le pouvoir, la politique ou tout simplement les relations entre les personnes. Je vous en propose juste après, parmi toutes les leçons de vie qu’on peut retrouver sur Internet :

“Il y a deux sortes de douleur. Celle qui te rend fort. Ou la douleur inutile, celle qui ne te fait que souffrir. Je n’ai pas de patience pour les choses inutiles. Les moments comme ça exigent quelqu’un qui va agir et exécuter l’acte désagréable, l’acte qu’il est nécessaire de faire.

Après qu’un chien vous a mordu, soit vous l’endormez, soit vous lui mettez une muselière. J’ai choisi une muselière….pour l’instant.

“Un grand sage a dit un jour, que tout dans la vie était affaire de sexe. Sauf le sexe, qui lui est affaire de pouvoir”

De plus, Kevin Spacey donne une profondeur folle au personnage, qui est loin d’être seulement un homme politique qui veut se frayer un chemin vers le pouvoir. On est plongé dans les secrets de son couple avec Claire, avec leurs problèmes, leurs obligations. Frank est aussi un homme très complexe au niveau de ses relations humaines, acceptant à demi-mot les infidélités de sa femme puisque c’est sa meilleure alliée et il a besoin d’elle pour avancer, ayant des relations homosexuelles de son coté (et acceptées par sa femme), entre autres…. 

Frank Underwood est donc un personnage terriblement intéressant, qu’on considère comme notre allié du fait de ses nombreuses interventions en direction du téléspectateur. Ses regards à la caméra se suffisent à eux-mêmes, il n’a pas besoin de parler pour nous dire “Et voilà le travail”, lorsque la situation lui est favorable. Un personnage ambitieux et complexe qui porte sa série. Un Kevin Spacey faisant son retour sur le petit écran, charismatique et paraissant comme l’acteur parfait pour incarner ce genre de rôle.

Je vous laisse avec un extrait de la saison 5, résumant parfaitement le personnage que je viens de vous présenter. Dialogue avec le spectateur, ambition, coté impitoyable, charisme… À vous de juger :

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

6 + dix-neuf =

Tapez votre recherche