Now Reading:

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?

Dans l’univers de la comédie, tous les acteurs rêvent de décrocher ce rôle qui lancera leur carrière ou qui leur permettra de laisser leur trace dans l’histoire en incarnant un rôle de légende. Mais est-ce vraiment une bonne idée d’être l’homme d’un seul rôle ? Quels sont les modèles de réussite, d’échec ?

Ci-dessous 5 axes d’analyse pour répondre à ces questions. 

#1 Est-on vraiment connu ?

À part pour les plus assidus et les fans des séries concernées, les noms de Cillian Murphy, Kerry Washington, Penn Badgley ou encore Mark Harmon sont des noms presque inconnus. Cependant, il suffit de voir leur visage pour que vous vous disiez “Ahhh mais c’est….. [inclure le nom du personnage] !” 

En effet, que celui qui n’a jamais appelé un acteur par son nom de personnage me jette la première pierre, et ce n’est certainement pas moi qui vous la lancerai ! C’est donc sur ce premier point que nous allons nous concentrer : le fait de ne pas être connu sous son vrai nom. 

C’est ce qu’on pourrait appeler le “syndrome Harry Potter”. Même si nous connaissons le nom des acteurs, ils resteront dans la tête des gens comme Harry, Ron et Hermione. Et ce phénomène n’est pas réservé qu’au cinéma. Nous serions même tentés de penser que cette chose est amplifiée lorsque cela touche à la télévision, car les personnages de séries nous accompagnent beaucoup plus fréquemment dans nos journées que les personnages de films, qu’on ne voit pas aussi souvent. 

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?
Pauvres Daniel et Ruppert, pour toujours appelés Harry et Ron.

Pour illustrer ce point nous pouvons nous centrer sur l’exemple de James Van Der Beek, qui a accordé une interview en 2014 au média Buzzfeed dans laquelle il parle de son expérience. Vous ne savez pas qui est James Van der Beek ? Si je vous dis Dawson, de la série Dawson’s Creek, c’est plus clair ? Voilà un autre exemple de cette possible identification à un rôle iconique. 

Pour lui, être reconnu comme Dawson ne lui posait pas de problèmes, au contraire, ça lui offrait beaucoup d’opportunités. Mais par la suite, il confesse que beaucoup de personnes doutaient de sa capacité à endosser un rôle dans un registre différent de celui grâce auquel il s’est fait connaître : 

“Je me rappelle qu’à l’époque, la pensée générale lorsque je me suis vu offrir une opportunité était : “Est-ce-que les gens vont être capables de te prendre au sérieux dans des rôles sérieux ? Est-ce que ça va changer quelque chose ?”

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?
Crédits Photo : Abaca

Même si pour lui c’est exactement le contraire, voilà le genre de réflexions qui poussent à se poser des questions sur le bien que peut provoquer l’identification à un rôle précis. Pour continuer dans cette analyse, nous allons voir comment l’obtention d’un rôle de légende peut avoir ses côtés positifs.

#2 Naître, ou renaître grâce à un rôle.

Un des points positifs à avoir un rôle qui devient très connu dans le monde de l’audiovisuel est l’opportunité de lancer définitivement sa carrière avec succès, ou bien de lui donner un second souffle, et ce phénomène n’est certainement pas rare. 

Prenons comme premier exemple deux cas dans la série The Office (US). En effet, le destin de John Krasinski et de Steve Carell (respectivement Jim et Michael dans la série) a radicalement changé suite à leur apparition dans la série devenue culte. 

Le 4 avril 2020, John conduit une interview avec Steve Carell dans son émission créée pendant le confinement sur Youtube, “Some Good News”. Durant cette interview, ils se remémorent des souvenirs de tournage, mais ils parlent aussi de l’impact qu’a eu la série pour leur carrière. Et pour Krasinski, il est certain que le rôle de Jim a changé sa vie de comédien : 

“J’étais un serveur lorsque j’ai décroché le rôle, j’avais 23 ans, j’étais serveur et après le tournage du pilote je suis retourné dresser des tables car j’étais certain que cela ne déboucherait sur rien”. 

Ce rôle marquait donc le début de la jeune carrière de comédien de John Krasinski, qui est maintenant scénariste et réalisateur, et a même tenu le rôle principal dans la série d’action Tom Clancy’s Jack Ryan, disponible sur la plateforme SVOD Prime Vidéo. 
Durant cette même vidéo, John se rappelle aussi que le casting qui a fait la réussite de la série ne présentait aucune star à l’époque. Même Steve Carell qui était le plus chevronné et “connu” ne présentait pas une carrière des plus exceptionnelles. 

 “Je me rappelle que personne d’entre nous n’avait fait quelque chose d’important, on était tous plongés dans une sorte d’ambiance, comme si on était dans une troupe. Comme si on se produisait dans des théâtres toutes les semaines avec les mêmes personnes […]” 

Et pour reprendre l’exemple de Steve Carell, ce rôle de Michael Scott, qui lui a permis d’apparaître dans tous nos Gifs utilisés dans nos discussions, lui a surtout servi à relancer une carrière qui battait de l’aile. En effet, après le succès des premières saisons de The Office, il a su impulser une nouvelle dynamique en jouant dans deux films où il campe deux rôles diamétralement opposés, 40 ans toujours puceau et Little Miss Sunshine

De la même manière, les rôles joués par Christian Slater et Rami Malek dans Mr Robot ont permis de donner une impulsion aux carrières des comédiens.

Dernier exemple marquant d’un rôle qui lance une carrière, celui de Kit Harington. Pour celui qui est désormais mondialement connu grâce à son rôle dans Game of Thrones, nous pouvons remarquer que l’explosion est encore plus incroyable pour lui. Avant son rôle de Jon Snow, l’acteur n’était apparu que dans 2 pièces de théâtre et grâce aux 8 saisons de la série (on salue sa performance de rester en vie dans cette série), Kit a pu exploser aux yeux du grand public, grâce à ses performances d’acteur mais aussi grâce à son physique avantageux…

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?
Jon Snow ne sait pas grand-chose, mais permet à Kit d’exploser. (ⓒ HBO)

L’obtention d’un rôle légendaire comme celui de Jon Snow ou Michael Scott (parmi tant d’autres) a donc permis à ces comédiens de lancer leur carrière aux yeux du grand public, ou alors de relancer une carrière qui s’essoufflait. Un énorme point positif, qui peut cacher les différents aspects négatifs de ces rôles qui collent à la peau.

#3 Rester coincé dans un registre.

Cet aspect du métier est incontournable, mais peut se révéler beaucoup plus handicapant qu’on ne le croit. En effet, certains acteurs sont castés pour un certain rôle, et dès lors qu’ils s’imprègnent de ce rôle comique, dramatique ou de méchant, ils ne peuvent plus se détacher de cette étiquette collée sur eux. 

Quelques acteurs ont décidé dans le passé de s’exprimer sur ces difficultés. Alfonso Ribeiro, qui a joué le rôle de Carlton Banks dans la série mythique Le Prince de Bel-Air notamment, s’exprime ainsi : 

“Être constamment rapporté à mon personnage m’a empêché de devenir un acteur.” 

“J’ai voulu essayer des choses qui sont différentes de la manière dont le monde me voit, juste essayer… Mince, je pourrais être un dangereux assassin !” “Mais je doute que quelqu’un pense automatiquement à moi lorsqu’il dit, “nous devons caster un tueur, prenons le gars qui a joué Carlton.”

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?
Un rôle (et une danse mythique)… empoisonné ?

Le cas de Carlton est très intéressant puisque de son aveu ce rôle lui a coûté une carrière. De la même manière, les acteurs de séries comme Friends ou How I Met Your Mother ont eu du mal à se détacher de leur rôle. Plus précisément, nous pouvons nous pencher sur le cas de Jennifer Aniston. 

C’est indéniablement celle qui s’en est le mieux sortie entre les membres du casting de Friends, avec notamment une nomination aux Golden Globes 2015 pour sa performance dans le film dramatique Cake. Mais dans l’esprit du grand public, elle reste Rachel. 

Elle s’est exprimée en 2015 à ce sujet, nous vous proposons quelques extraits choisis : 

“C’est vraiment difficile d’être prise au casting d’un film dramatique comme Cake, spécialement si vous êtes quelqu’un qui se bat avec un personnage. Quelques fois il est difficile de s’en détacher.”

Ces personnages mythiques peuvent donc être très contraignants pour les acteurs et actrices qui les jouent, et cette absence de dissociation n’affecte pas seulement la perception des directeurs de casting ou les acteurs eux-mêmes, mais aussi les fans et leur relation avec les comédiens.

#4 Problèmes personnels

Et lorsqu’on aborde la relation entre les fans et les acteurs, nous pensons directement aux demandes d’autographes, ou encore aux “groupies” qui sont en transe dès que leur acteur favori fait son apparition dans une série ou dans la vie réelle. Mais en cherchant bien, nous pouvons nous apercevoir que la vérité est loin d’être aussi rose. 

En effet, beaucoup d’acteurs ont dû faire face à des cas de harcèlement, allant même jusqu’aux menaces de mort. Parfois, être un trop bon comédien provoque ce genre de problèmes, le revers de la médaille allons-nous dire. 

Avant de rentrer dans les détails de certains cas précis, nous pouvons commencer par prendre en exemple le témoignage de William Zabka, star de la série Cobra-Kai récemment sortie sur Netflix. Lors de son apparition dans l’épisode 10 de la saison 9 de How I Met Your Mother, il nous livre son ressenti à propos de la relation qu’il avait avec le public après la sortie du film Karaté Kid.  Cela reste fictif, mais cet exemple illustre bien ce qui va suivre.  Vous pouvez aller voir cet extrait sur Amazon Prime Vidéo, où un essai de 30 jours vous est proposé.

L’extrait cité dans l’article se trouve de 2’50 à 3’08

Pour commencer cette analyse, nous pouvons nous intéresser aux acteurs qui ont plutôt bien pris ce harcèlement en ligne. Enrique Arce, qui interprète le rôle de Arturo dans La Casa de Papel a lui aussi reçu des menaces de mort et autres messages injurieux en tous genres à la suite de ses performances dans la série. Il faut dire que son personnage a tout pour se faire détester ! Un homme vaniteux et lâche qui a déchaîné les foudres du public : peu importe le lieu où il se trouve, il se fait insulter par des gens, en plus des menaces qu’il reçoit directement chez lui. Heureusement pour lui, Enrique voit les choses du bon côté, puisque selon lui c’est surtout la preuve de la bonne qualité de son acting. 

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?
Enrique (à gauche) accompagné de ses camarades de tournage Luka Peros et Jaime Lorento. (© BestImages)

Un autre comédien voit de la même manière ce harcèlement, c’est Brenock O’Connor. Vous ne le connaissez pas ? Et si je vous parle de Olly, dans Game of Thrones, l’enfant de la garde de nuit qui donne le coup fatal à Jon Snow dans la saison 5 ? Voilà ! 

Le lendemain de la diffusion du fameux épisode, Brenock a été la cible de nombreux messages haineux. Tout est parti d’un tweet qui lui adressait un message des plus sobres : ”Je vais te tuer toi et ta famille, je vais violer vos corps et les donner à bouffer à mes chiens.”. 
Un comportement des plus incisifs envers un jeune acteur de seulement 15 ans qui interpelle sur cette dissociation et la suspension de l’incrédulité nécessaire lorsqu’on regarde une série. 

Si quelques acteurs ont pris positivement ces épisodes de harcèlement, pour d’autres c’était un peu plus compliqué. 

Toujours dans la série Game of Thrones, si vous avez suivi la série vous êtes sûrement familiers avec le nom de Podrick. Cet écuyer qui suit Brienne durant plusieurs saisons était portrayé comme un “très bon coup” de nombreuses fois au fil des épisodes. Et ce trait de la personnalité de Podrick embête beaucoup Daniel Portman, qui se voit subir des agressions sexuelles continuellement. Les femmes qu’il rencontre n’hésitent pas à lui agripper l’entrejambe en public, sans consentement et sans non plus s’arrêter lorsque l’acteur leur demande d’arrêter. Un trait de personnage flatteur pour l’acteur, à condition de savoir où se trouve la ligne à ne pas dépasser ! 

Timothy Granaderos est encore un exemple de comportements de fans qui vont trop loin. Le personnage qu’il incarne dans la série 13 Reasons Why est en effet détestable : arrogant, harceleur, violent, pervers et violeur, Monty présente toutes les “qualités” requises pour être un enfoiré de premier ordre.

Mais certains fans ne comprennent pas la différence entre l’homme et le personnage, ce qui lui vaut des centaines de messages d’insultes et de menaces de mort, principalement sur Instagram. Le phénomène prenait une telle ampleur que les autres acteurs de la série ont dû prendre parti pour l’acteur américain. Un mouvement a même été lancé sur Twitter, pour rappeler aux gens que le personnage et l’acteur étaient bien deux personnes différentes (ce qui nous semble évident, ne l’est pas pour d’autres…!) avec le #TimIsNotMonty. 

Pour terminer ces exemples, prenons celui d’un comédien qui a été jusqu’à porter plainte suite à ce harcèlement. Josh McDermitt, l’acteur interprétant Eugene dans la série The Walking Dead l’a fait, face aux innombrables menaces de mort ou insultes qu’il a reçues suite à sa trahison dans la série. En faisant le serment d’allégeance à Negan, le grand méchant, les fans ne l’ont pas pardonné et ont commencé leur “vendetta”. Il ira même jusqu’à pousser un coup de gueule sur son profil Facebook contre tous ces haters.

Ne m’envoyez pas des menaces de mort, je vais tout rapporter aux flics. J’en ai marre. Vous pouvez détester Eugene, je m’en fiche. Je pense que vous avez tort mais vous pouvez dire ce que vous voulez mais quand vous commencez à dire que vous voulez me voir mourir, je ne sais pas si vous parler de Josh ou d’Eugene. Ne soyez pas des connards. Arrêtez de vous plaindre de tout sur Internet. Allez passer du temps avec vos proches, vos amis.

Un échantillon de comédiens qui ont pâti de leur talent d’acteurs et de leur identification au travers de ce rôle. Quand les fans commencent à associer l’Homme et le personnage ce n’est jamais bon, nous venons d’en voir les résultats.

#5 Quelles réussites, quels échecs ?

Malgré tous les points évoqués précédemment, certains acteurs ont su se réinventer et effectuer les bons choix de carrière pour être associés à un ou plusieurs rôles, mais ne pas rester coincé dans un seul registre.

Un des premiers noms qui vient à l’esprit est celui de Bryan Cranston. Celui qu’on a connu pour la plupart dans le rôle du père bordélique dans Malcolm a su tout au long de sa carrière choisir les bons rôles et proposer des performances toujours plus impressionnantes.

Tout d’abord exposé au grand public grâce à ce rôle comique, il a pu enchainer par la suite notamment avec le personnage de Walter White dans la série dramatique Breaking Bad, assorti d’une transformation physique incroyable. Ses performances ainsi que sa phrase mythique “I am the danger” le replacent parmi les acteurs les plus côtés. Par la suite, il fera des apparitions dans des séries telles qu’How I Met Your Mother dans laquelle il campera à nouveau un rôle comique et, plus récemment, nous avons pu admirer ses talents dans la mini-série produite par Canal +, Your Honor. Dans son plus récent rôle, nous le retrouvons dans la peau d’un juge plongé dans une histoire mêlant mafia, cas de conscience et crime organisé.

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?
Un seul acteur, plusieurs rôles d’anthologie.

D’autres acteurs auraient pu figurer dans cette catégorie des réussites : Will Smith passant de son rôle dans Le Prince de Bel-Air à des rôles plus sérieux au cinéma, ou encore Jean Dujardin qui a su lui aussi faire la bascule entre la télévision et le cinéma en utilisant le rôle de Loulou dans la série comique Un Gars et une Fille pour aller vers d’autres horizons avec succès, en témoignent son Oscar pour le film The Artist ou ses rôles très variés, dramatique dans Contre-enquête, absurde dans Le Bruit des Glaçons ou comique dans le rôle de Noël Flantier (ou Hubert mais chut, c’est une couverture) dans la série de films OSS 117.

Dans le cas contraire, une comédienne made in France peut être prise comme exemple d’une personne qui est restée coincée durant la plus grande partie de sa carrière dans un rôle précis. 

Mimie Mathy est l’exemple parfait pour illustrer ce phénomène. Celle que tous les foyers de France connaissent reste dans la pensée des gens l’image de Joséphine, cet ange se servant de ses pouvoirs pour faire le bien autour d’elle. Et même si sa carrière reste très honorable tant elle est longue, la différence avec notre exemple précédent est frappante, elle qui n’a interprété qu’un seul grand rôle marquant. Ce rôle lui colle tellement à la peau qu’en 2018, elle joue le rôle de Joséphine dans la série TF1 Camping Paradis

Focus #1 : Être reconnu pour un rôle légendaire, la fausse bonne idée ?
Mimi Mathy aka Joséphine Ange Gardien ⓒ Christophe Charzat / TF1

De même que pour les réussites, des acteurs comme Alyssa Milano (Phoebe dans Charmed), Eva Longoria (Gabrielle Solis dans Desperate Housewives) ou encore Sarah Michelle Gellar (Buffy dans Buffy contre les Vampires) n’ont pas su se détacher de leur personnage mythique et ainsi développer une carrière riche en rôles qui leur était tracée. Plus généralement, les acteurs ayant joué dans des séries telles que The Big Bang Theory, Friends, How I Met Your Mother, peinent à s’émanciper et à prendre leur envol dans leurs carrières.

Ces exemples ne sont pas exhaustifs, ils sont là pour montrer que les destins des comédiens ne sont pas figés, et que décrocher un rôle majeur ne veut pas forcément dire qu’on s’enferme dans un rôle, ou qu’une carrière ne peut pas se construire sur un seul personnage..

Quelles conclusions tirer ?

Après avoir épluché tous ces points, il semble évident que la possibilité de jouer un rôle qui devient légendaire s’accompagne de bons comme de mauvais côtés. Cela reste une opportunité à ne pas louper pour tous les comédiens, quel que soit le stade de la carrière. Les risques sont grands aussi, avec l’intrusion dans la vie privée ou ce manque de dissociation entre l’acteur et le personnage évoqué un peu plus haut. 

Pour conclure, qu’importe le nom avec lequel on se souvient de nos héros favoris, c’est toujours avec le même plaisir que nous suivons leurs aventures.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

sept + trois =

Tapez votre recherche