Now Reading:

Filthy Rich, une satire catholique décevante

On vous l’annonçait sur Twitter, la diffusion de Filthy Rich a commencé sur Téva le dimanche 3 janvier dernier, en exclusivité en France.
La série n’a pas été renouvelée pour une deuxième saison, et compte seulement dix épisodes.

Retour sur une série qui me semblait prometteuse mais qui a déçu mes espoirs. Attention, les lignes qui suivent contiennent des spoilers

Filthy Rich, une satire catholique décevante
(Affiche de Filthy Rich © Fox)

Kim Cattrall à l’affiche

La première chose qui m’a convaincue de voir la série, c’est son actrice principale : Kim Cattrall, d’ailleurs co-productrice de la série. L’inoubliable Samantha dans Sex & The City était de loin mon personnage préféré. J’avais donc hâte de retrouver Kim Cattrall que j’adore, dans un nouveau rôle !

J’étais d’autant plus enthousiaste qu’elle endosse le rôle de Margaret Monreaux qui est aux antipodes de Samantha Jones. La religion de Samantha c’est le sexe. C’est une femme indépendante, féministe convaincue et qui prône l’ouverture d’esprit et la liberté des mœurs. Par dessus tout, elle est allergique aux enfants.
Margaret Monreaux elle, est une catholique convaincue et la matriarche de la famille Monreaux. Elle dirige d’une main de fer sa chaîne de télévision et sa progéniture.

Malheureusement, si Kim Cattrall est impeccable dans son rôle, cela ne suffit pas à relever le niveau de la série.

Mais au fait, de quoi ça parle ?

Ainsi Margaret Monreaux est l’épouse d’Eugène Monreaux. À eux deux ils ont deux enfants, Rose et Éric et sont aussi à la tête d’une chaîne de télévision catholique : Sunshine Network.

Lorsque son avion se crashe, Eugène Monreaux est présumé mort (son corps n’a pas été retrouvé) et il laisse seule Margaret à la tête de sa chaîne.
Seule ? Non, c’est sans compter l’ouverture de son testament. Elle va en effet découvrir trois enfants illégitimes d’Eugène de trois mères différentes. Bien évidemment, il souhaite leur léguer des parts de son empire média.

La vie de Margaret se retrouve sans dessus-dessous et elle réalise que son existence est basée sur de nombreux mensonges de son mari. Elle entre donc dans une lutte avec les trois enfants, afin de protéger ses intérêts. Mais il s’avère que lorsque votre descendance passe de 2 à 5 enfants et que de grosses sommes d’argent sont en jeu, bien des secrets sont révélés…

Filthy Rich, une satire catholique décevante
(Margaret et Eugène Monreaux © Fox)

Alors pourquoi Filthy Rich est-elle une déception ?

L’idée de départ semble assez convaincante et on est alléchés par la découverte de tous les secrets de cette famille ultra-catholique. Mais on réalise assez vite que le temps est long. L’histoire prend un peu de temps à s’installer, ce qui fait que les trois premiers épisodes manquent de rebondissements et nous font décrocher par moment.

La narration est assez plate mais on apprécie tout de même que Becky (la femme d’Éric, fils d’Eugène et Margaret) nous fasse un récapitulatif de ce qui s’est passé précédemment, à chaque début d’épisode. D’ailleurs, sa façon de parler m’a fait penser à chaque début d’épisode de Glee, avec cette manière humoristique et rapide de reprendre les faits.

Mais le principal problème de cette série c’est qu’elle est malheureusement prévisible. Je veux bien que la série soit une satire évidente, mais à mon sens, la série manque de vrais retournements de situation.

Filthy Rich, une satire catholique décevante
(Le casting complet de Filthy Rich © Justin Stephens / FOX.)

Comme on le sait tous, dans les fictions, si on ne retrouve pas le corps (ou qu’on ne le voit pas à l’écran), c’est que très probablement la personne en question n’est pas morte. L’histoire ici ne déroge pas à la règle, puisqu’Eugène survit au crash de l’avion.
De plus, telle une bonne satire, les créateurs de la série ont abusé des facilités scénaristiques, à mon sens. Puisqu’on est dans un environnement très catholique, évidemment, à chaque prière de Margaret qui demande un signe à Dieu, une personne apparaît… À chaque miracle qu’elle demande, elle voit son vœu exaucé…

Ceci-dit, il y a des passages qui sont vraiment drôles de par leur incongruité ou leur côté “too-much”. Je pense notamment au moment où dans l’avant dernier épisode Rachel retrouve Jésus (à prononcer à l’espagnole) par miracle, le bébé enlevé par le méchant de la série. Ce moment totalement capillotracté, m’a valu une franche partie de rigolade, je dois l’admettre.

En bref,

Filthy Rich remplit son but premier : nous divertir. La série se pose en satire du monde catholique mais nous laisse sur notre faim concernant les révélations “explosives” de secrets. Il est d’ailleurs assez facile de reconstituer les pièces du puzzle sur l’accident d’avion.
La seule chose qu’on n’avait pas vu venir, c’est le plot-twist final dans les dernières minutes de la fin. Rebondissement qui nous laisse un sentiment ambivalent : incompréhension puis dégoût.
La série n’a pas été renouvelée à la suite de la saison 1, mais on peut tout de même se satisfaire de la fin qui permet de clore l’histoire.

Filthy Rich, 1 saison (terminée), diffusée tous les dimanches sur Téva à 20h55 et disponible en replay sur Salto.

Une satire décevante
  • Scénario
  • Ambiance
  • Personnages
  • Musique
  • Intérêt porté à la série
Une satire décevante

Si l'histoire semble nous emballer au départ, sur le long terme Filthy Rich ne réussit pas à entretenir notre emballement avec une narration trop prévisible.

6

Total Rating

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

dix-neuf − 1 =

Tapez votre recherche