Now Reading:

En Thérapie (Arte) : nos impressions sur le divan du Dr Dayan

On vous l’avait déjà présentée auparavant, En Thérapie est la série événement d’Arte. Créée par le duo Toledano / Nakache, elle ne laisse personne indifférent.
À la rédaction d’AlloSérie, nous avons été plusieurs à être séduits par l’idée de départ de la série. Un huis-clos dans le cabinet du psychanalyste Philippe Dayan qui voit défiler cinq patients différents, un patient par jour (ouvré) de la semaine.

Voici mes impressions suite au visionnage des 35 épisodes de la série.

Un contexte et des personnages émouvants

Ce qui m’a attirée dans En Thérapie, c’est d’abord et surtout le thème abordé : la thérapie. Je trouve que c’est un sujet dont on parle trop peu. J’ai donc apprécié que ce soit enfin le cas dans une série. À vrai dire le casting a seulement joué un rôle très secondaire dans mon choix de visionnage. Mais c’est lui qui m’a convaincue au fil des épisodes.

Dans un premier temps, la série démarre fort. On est plongés dans l’intimité de chaque personnage au fur et à mesure des épisodes : Ariane, Adel, Camille puis Léonora & Damien. Déjà, le contexte est très fort : nous sommes au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. Instantanément, cela plonge le spectateur dans son propre rapport aux attentats, son ressenti personnel et on se rappelle de l’ambiance qui régnait à ce moment-là.

D’ailleurs, les quelques plans tournés en extérieur sont le très juste reflet de ce qui s’est passé à l’époque. En effet, on voit les nombreux hommages rendus aux victimes des attentats, les regroupements des personnes devant les lieux qui ont été touchés par les attaques, les fleurs qui ont été déposées…

En Thérapie (Arte) : nos impressions sur le divan du Dr Dayan
(Philippe et Ariane © Carole Bethuel – Les Films du Poisson- Arte)

Au début, on peut ressentir une sorte d’appréhension de rentrer comme cela dans l’intimité d’une séance avec un psychanalyste. Mais instantanément, on est émus par les histoires des personnages. Ces histoires peuvent ou non résonner en nous, mais l’important c’est l’humanité des personnages. À chacun de leurs progrès, on ne peut s’empêcher d’être fiers d’eux ou parfois d’être déçus en cas de rechute. Le constat principal qui s’impose, c’est que ces personnages sont attachants parce qu’ils nous sont familiers, parce qu’ils sont des gens comme nous tous, en proie avec leurs problèmes intérieurs.

Une narration bien menée

Outre les personnages, les épisodes sont tous façonnés de la même façon : on a d’abord une scène pré-générique qui pose un certain contexte, souvent sur la vie personnelle de Philippe Dayan, puis la séance qui démarre très souvent avec le bruit de la porte qui s’ouvre pour accueillir le patient. Enfin, une fois que le patient est parti, on a toujours une scène de fin avec la réaction de Philippe Dayan.

La narration de la série est d’autant bien amenée que c’est nécessaire : puisque l’on est dans un huis-clos, toute l’intrigue tient dans les dialogues. Les secrets sont révélés petit à petit, ce qui permet au téléspectateur d’être maintenu en haleine tout au long des 35 épisodes.

On apprécie non seulement de suivre les vies et les évolutions de chaque personnage dans leurs thérapies de semaines en semaines mais aussi de voir les réactions de Philippe Dayan.

En Thérapie (Arte) : nos impressions sur le divan du Dr Dayan
(Philippe Dayan © DR – Arte)

En effet, En Thérapie aborde non seulement le côté des patients, mais ausi celui du psychanalyste.
On suit Philippe Dayan dans sa démarche de consulter sa consœur Esther (Carole Bouquet) en tant que contrôleur. Celle-ci tente de lui montrer la démarche à suivre afin de gérer son implication par rapport aux patients.
Et pour cause, Philippe est toujours très investi dans ses thérapies et il dit de sa propre bouche qu’il donne un peu de lui-même dans chacune d’elles.
On n’a pas pu s’empêcher, à ce propos, de remarquer que le cabinet du psychanalyste est contigu à son appartement. Une manière de prouver d’autant plus qu’il s’implique dans ses thérapies et donne une part de lui avec ses patients. Preuve aussi qu’il n’est pas vraiment chez lui dans cet appartement puisqu’il passe tout son temps dans cette pièce.

Sa relation avec Esther est d’ailleurs très conflictuelle. Ils sont deux êtres fondamentalement opposés puisqu’elle semble froide et garde une distance avec ses patients, quand ce n’est pas le cas de Philippe.

On le découvre ainsi en proie à des questionnements intérieurs, voire même à une certaine volonté de chambouler complètement toute sa vie.

Quelques défauts qui laissent songeurs

Tout d’abord, la première réflexion que je me suis faite en voyant la série concerne Philippe Dayan. En effet, durant ses séances, on ne le voit jamais prendre de notes. Pourtant, il se rappelle précisément des propos de ses patients puisqu’il est capable de les leur restituer dans les séances suivantes. Même dans les scènes de fin d’épisode, on le voit faire toute sorte de choses excepté prendre des notes. Étrange donc…

Ensuite, Philippe Dayan est également un personnage avec ses défauts. Notamment lorsqu’il s’agit de son implication avec ses patients et plus particulièrement dans un certain cas en particulier. Quid de l’éthique lorsque celui-ci ne parvient pas à maîtriser ses “sentiments amoureux” ?

De plus, on le voit assez vite, sa relation avec Esther est marquée par leur histoire commune. Il la renvoie toujours dans ses cordes sans écouter les arguments qu’elle expose. Il s’en sort en lui lançant des pics très personnels et éclatant de colère. Là aussi, il y aurait des choses à en dire…

En Thérapie (Arte) : nos impressions sur le divan du Dr Dayan
(Philippe et Esther © Carole Bethuel – Les Films du Poisson – Arte)

Enfin, et c’est là le plus grand défaut de la série (mais peut-être pas uniquement de la série pour le coup) : toutes ces théories.
Toutes les théories basées sur des auteurs surannés et sexistes. Parce que oui, j’ai fait quelques bonds de rage parfois en entendant certains propos qui sortaient de la bouche du psychanalyste. J’ai aussi levé les yeux au ciel pendant certains échanges entre Esther et Philippe qui me semblaient bien trop lunaires pour coller à la réalité…

En bref,

En Thérapie est une série bien amenée qui nous permet de traiter de la psychologie humaine en détails. C’est une série qui est nécessaire, parce qu’elle permet d’ouvrir le dialogue et de mieux mettre des mots sur nos maux. Elle nous apprend à communiquer lorsque cela ne va pas et nous fait comprendre tous les comportements que l’on peut avoir quand la psyché ne suit pas.

En Thérapie est également dotée d’une bande originale singulière qui marque de son empreinte l’ambiance générale. Le casting est remarquable d’interprétation. On est émus avec les personnages, on est heureux et fiers lorsqu’ils font des progrès, on est déçus lorsque ce n’est pas le cas. Un peu comme si on avait participé à ces évolutions.

C’est d’ailleurs un pari réussi pour Arte. La diffusion des cinq premiers épisodes d’En Thérapie a rassemblé plus de 2 millions de téléspectateurs pour 8,2% de part d’audience. La chaîne se classe 5ème en terme d’audience pour le jeudi 4 février. Elle signe au passage, son deuxième record historique d’audience pour un lancement.

Par les temps qui courent, il nous semble important de mettre en lumière la thérapie et le travail des psychanalystes, psychiatres et psychologues.

En Thérapie (Arte) : nos impressions sur le divan du Dr Dayan
(Philippe et Camille © Les Films du Poisson – Arte)

Très prochainement d’ailleurs, nous reviendrons sur la série avec un regard plus professionnel. Parce qu’il est tant de discuter de ce sujet important.

En Thérapie, une saison, disponible sur Arte.tv et sur la chaîne à partir du 4 février.

En Thérapie, une série nécessaire mais perfectible
  • Scénario
  • Ambiance
  • Personnages
  • Musique
  • Intérêt porté à la série
En Thérapie, une série nécessaire mais perfectible

En Thérapie est une série qui aurait dû être créée bien plus tôt tant elle est importante pour lever le voile sur des professions et des pratiques trop laissées pour compte. Avec un scénario qui tient la route et une narration bien amenée et bien ponctuée, En Thérapie est une bonne série que l'on recommande. Même si elle souffre de petits défauts et que l'on peut pointer du doigt la longueur : avec 35 épisodes pour la première saison.

8

Total Rating

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

7 + 10 =

Tapez votre recherche