Now Reading:

Destin : La Saga Winx, une adaptation ratée

“Si tu le veux, demain tu peux…être avec nous”. Qui ne connaît pas ce début de générique culte qui a marqué les jeunes générations ? Le Winx Club ou le dessin animé qui a donné envie à tant d’entre nous d’avoir des pouvoirs magiques et des ailes dans le dos pour pouvoir voler…

Le Winx Club, c’est l’histoire de Bloom, Stella, Musa, Tecna, Flora et Layla, six fées qui étudient à Alféa l’école de magie de Magix. Sur le “campus” on trouve aussi la Fontaine Rouge, qui est l’école des garçons, les spécialistes et la Tour Nuage, l’école des sorcières où étudient les Trix, ennemies jurées des Winx.

Composée de 8 saisons (le Winx Club est revenu en 2019 pour ses 15 ans), le dessin animé est diffusé en France sur France 3, puis Télétoon puis Nickelodeon.
En 2018, Netflix récupère les droits perdus par Rainbow S.p.A (qui avait pour projet une adaptation cinématographique, qui n’a jamais vu le jour) et annonce qu’il va développer une série télévisée en live-action (prises de vues réelles).
La plateforme a commandé une première saison de 6 épisodes. Elle est mise en ligne le 22 janvier 2021 sur Netflix.

La série a été créée afin de correspondre au public cible de l’époque Winx Club qui est désormais adulte ou pré-adulte. Retour sur une adaptation ratée.
Attention, les lignes qui vont suivre contiennent des spoilers.

Des personnages différents du dessin animé

Dès le premier épisode, on remarque que les Winx ne sont que 5. Ceci semble correspondre de prime abord à la première saison du dessin animé. Layla rejoint le club qu’à partir de la saison 2.
Cependant, surprise, les personnages ne sont pas les mêmes. Nous retrouvons bien Bloom, Stella et Musa. Mais Tecna, Flora et Layla manquent à l’appel.
Enfin, pas véritablement. En réalité, Layla dans la version française est nommée Aisha dans la version originale (italienne). Aisha est donc au casting dès la saison 1 de Destin : la saga Winx. Autre différence, elle n’est plus la fée des fluides mais la fée de l’eau.
En effet, Farah Dowling (la doyenne d’Alféa) explique que les fées tirent leurs pouvoirs des 4 éléments : l’eau, la terre, l’air et le feu.

Destin : La Saga Winx, une adaptation ratée
(Musa, Stella, Bloom, Aisha et Terra © Netflix)

Une qui devrait correspondre à la description c’est bien Flora, la fée de la nature. Mais dans la série, celle-ci est remplacée par Terra, également fée de la nature. Terra, on l’apprend dans le premier épisode, a bien une cousine nommée Flora.
La série est d’ailleurs accusée de “whitewashing”. En effet, Flora qui a le teint mate, est remplacée par Terra qui est blanche.
De même que Musa qui a des origines asiatiques dans le dessin animé et interprétée par une actrice qui n’en a pas.
Autre différence, concernant Musa, elle n’est plus la fée de la musique. Elle est empathique, capable de ressentir et de décrypter les émotions des autres.

Tecna quant à elle, a purement et simplement été rayée du casting.
De même que côté Spécialistes, on ne retrouve que Sky et Riven. Plus de Brandon, de Timmy ou d’Hélia remplacés par Dane, nouveau personnage.
Autre membre masculin du casting, Sam, frère de Terra. Il étudie à Alféa et a le pouvoir de disparaître et de passer au travers de n’importe quelle porte.

Destin : La Saga Winx, une adaptation ratée
(Sky et Riven, “Les Spécialistes” © Netflix)

Un contexte plus actuel

Dès le début de la série, on comprend que celle-ci se déroule en 2020. En effet, Bloom explique qu’elle est née en 2004 et ses parents nous confient qu’elle a 16 ans.

Qui dit époque contemporaine, dit codes qui y correspondent. Ainsi il n’est plus question de 3 écoles différentes, mais d’une seule. Alféa regroupe donc tous les étudiants. Les fées peuvent être des hommes, comme Sam et les Spécialistes peuvent être des femmes. Les sorcières de la Tour Nuage n’existent plus.

Destin : La Saga Winx, une adaptation ratée
(Alféa © Netflix)

De plus, chaque étudiant a en sa possession un smartphone qui s’avère bien pratique pour communiquer. Autre indice qui nous fait bien comprendre que Destin : La Saga Winx se déroule bien en 2020, c’est la présence des réseaux sociaux. Instagram est mentionné et/ou utilisé par les protagonistes dans presque tous les épisodes. Bloom communique même avec ses parents en visio via son smartphone.

La série se veut aussi féministe mais ce sujet est maladroitement amené : Il est fait mention par Terra, comme un cheveu sur la soupe de “mansplanning” à l’égard de Dane, non pas une fois mais deux fois dans le premier épisode. Cela ne sert en rien le propos. On dirait qu’ils ont été prononcé juste comme ça, avec l’air de dire qu’au moins ils ont été mentionnés. C’est bien dommage, parce qu’il y a tant de manières de faire passer un message féministe, lorsqu’il y a du fond…

Dane et Terra sont quant à eux deux personnages qui amènent des réflexions quant à l’orientation sexuelle ou l’acceptation de soi. Même si là encore, on s’interroge sur la manière d’aborder les sujets. Un peu comme s’il fallait qu’ils soient là, dans l’objectif de remplir la case représentation, manquée bien des fois dans le casting…

Une histoire décevante

Dans Destin : La Saga Winx, on suit donc les aventures féériques de Bloom et ses amies. Seulement voilà autre changement notable, les fées n’ont plus d’ailes. Farah explique qu’elles ont été perdues avec le temps.
Là encore, grand regret puisque le titre même, Winx est tiré de “Wings” qui signifie “ailes” en anglais.

Plus de Trix pour incarner les méchantes dans la série. À la place on se retrouve avec une histoire de “Brûlés”, créatures monstrueuses bipèdes qui tuent ou infectent les habitants d’Alféa. Ces brûlés servent en partie de “méchants” dans la série, mais sans aucune explication sur leur origine. On apprend seulement qu’ils sont attirés par Bloom. Elle est d’ailleurs la seule à pouvoir leur arracher leurs entrailles et leur redonner apparence humaine.

Les Brûlés ne sont qu’une partie des antagonistes. En effet, Beatrix (prénom qui peut être interprété par Be A Trix : être une Trix) rejoint aussi le camp des antagonistes puisqu’elle devient une meurtrière lorsqu’il faut servir sa cause. Beatrix qui possède l’ancien pouvoir de Darcy (qui est devenu le prénom d’une cantinière) est alliée à Rosalynd, ancienne doyenne, qui est figée par les pouvoirs de Farah. Cette dernière est considérée comme responsable du massacre des habitants d’Ordel qui étaient des sorciers. Puisque les parents de Beatrix ont péri dans le massacre, ils étaient sans doute sorciers aux aussi : se pourrait-il qu’elle le soit également ? Sachant que les pouvoirs sont héréditaires…

Destin : La Saga Winx, une adaptation ratée
(Beatrix © Netflix)

Cependant, l’histoire manque véritablement d’action. Là où on s’attendait à pouvoir voir de jolis effets spéciaux pour illustrer le pouvoir des fées, il n’en est rien. Seulement, une scène d’action véritable est “notable” dans le dernier épisode.
En plus du manque de rebondissements, la trame avec les Brûlés s’essouffle rapidement puisqu’elle semble manquer de sens. On ne sait pas vraiment d’où sortent ces Brûlés, ni pourquoi quand on pensait qu’ils avaient été éradiqués, ils ont réapparu. On ne sait pas non plus pourquoi il y en a de plus en plus et pourquoi ils ont modifié leur comportement, passant de créature solitaire à créatures en groupe.

Bloom, personnage principal agaçant

Bloom est le personnage principal et rare chose positive qu’il y a à en dire, c’est que le casting d’Abigail Cowen (Les Nouvelles Aventures de Sabrina) est très bon.
La fée de la Flamme du Dragon correspond assez à son personnage dans le dessin animé, à savoir égocentrée, têtue et agaçante. Elle cherche à tout prix à connaître la vérité sur ses vrais parents et sur son pouvoir. Elle se fiche pas mal des règles ou de ses amis et elle n’en fait qu’à sa tête.

C’est d’ailleurs à mon avis ici qu’on perd le sens de la série. L’essence même du Winx Club, c’est leur amitié et leur solidarité.
Dans Destin, on est davantage face à des individualités qui sont plus dans la confrontation et l’opposition que dans le soutien.
Ce n’est que dans le dernier épisode, qu’on a l’impression que les cinq filles s’unissent (et c’est poussif) mais c’est finalement Bloom seule en grande héroïne qui bat les Brûlés.

Destin : La Saga Winx, une adaptation ratée
(Bloom dans son combat contre les Brûlés © Netflix)

On déplore le manque de combat en équipe. C’est Bloom toute seule qui combat. C’est d’ailleurs à ce moment là qu’apparaissent ses ailes (Hallelujah…). On a l’impression d’épisode en épisode que les quatre autres filles ne sont là que pour la mettre en valeur. Elles ont chacune leur storyline, mais qui reste très secondaire par rapport à celle de Bloom.

En bref…

Pour nous, Destin : La Saga des Winx est une adaptation ratée. On a du mal à comprendre pourquoi les six filles du dessin animé original n’ont pas été reprises. Aucune explication n’a été donnée par rapport à l’absence de Flora et Tecna. La série part donc déjà avec un handicap.
Elle installe ensuite des rivalités inutiles, sans doute pour dynamiser l’intrigue profondément ennuyante. On fait ici référence au triangle amoureux entre Bloom, Sky et Stella. Cette dernière qui était la touche “fun” du Winx Club est désormais la garce de service. Là encore, on regrette le caractère superficiel mais pétillant de l’originale.

Autre point négatif, le fait que la plupart des acteurs fasse beaucoup plus âgée à l’écran que les 16-17 ans qu’ils sont censés avoir.

Enfin, la présence de trop peu d’effets spéciaux renforce notre sentiment : la série est très loin d’être à la hauteur de nos espérances. L’adaptation manque en flamboyance, critère principal du dessin animé original.

Ainsi, il reste très difficile de se détacher du Winx Club original lorsqu’on l’a vu. Ceci ne fait qu’accroître le sentiment de déception au visionnage de la série.
Destin : La Saga des Winx aura suscité en nous qu’une seule chose : l’envie de revoir le dessin animé original.

Destin : La Saga Winx, une saison (en cours), disponible sur Netflix.
Une adaptation manquée
  • Scénario
  • Ambiance
  • Personnages
  • Musique
  • Intérêt porté à la série
Une adaptation manquée

Destin : La Saga Winx manque complètement son adaptation du dessin animé. S'étant débarrassé sans plus d'explication de deux des personnages principales et passant à côté de ce qui fait l'essence de l'univers Winx Club, la série emmène le spectateur de déception en déception. Elle aurait pu s'en sortir si elle avait été une création originale et si elle déroulait une intrigue intéressante, ce qui n'est le cas ni pour l'un ni pour l'autre.

4

Total Rating

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

13 + 7 =

Tapez votre recherche